Dans le domaine des lettres, le 20e siècle est une période très prolifique et mouvementée en Haïti. De grands noms ont fait écho tant en Haïti qu’à l’international. Depuis Oswald Durand jusqu’à Jean Metellus et autres. Mais curieusement, si l’on fait fi de Virginie Sampeur, les femmes sont complètement absentes dans l’inventaire. Pourtant, personne ne peut défendre qu’elles n’aient pas assez travaillé pour assurer leur place.

Pour tenter rattraper le coup de notre côté, nous allons vous présenter quelques grands noms, femmes de lettres du 20e haïtien que l’on a le devoir de s’en souvenir.

Mais bien avant, saviez-vous qu’il existait au beau milieu du 20e siècle plein de revues fondées et dirigées par des femmes ? Bien entendu !

En 1932, il y avait la revue Cercle Fémina d’un cercle de femmes qui portait le même nom. En 1935, est fondée la revue Voix des Femmes dirigée par Marie Thérèse Colimon, composée uniquement de rédacteurs femmes, un organe de la Ligue Féminine d’Action Sociale. Depuis, toute une pléiade de journaux et revues littéraires et sociaux créés et/ou dirigés par des femmes :

« La Semeuse, revue mensuelle, littéraire, 1936-1946 ; l’Aube, revue mensuelle de la Fédération des Éclaireuses d’Haïti (1947) ; la Famille, hebdomadaire d’action sociale, organe du Bureau d’Action Féminine du parti politique Mouvement Ouvrier Paysan (MOP), 1948-50 ».

Autre part, il y avait aussi deux autres périodiques d’informations dirigées par des femmes :

« El Alba, hebdomadaire bilingue, français et espagnol, pour le rapprochement interaméricain fondé par Mme Emmeline Cariès Lemaire en 1950 ; Escale, bi-hebdomadaire d’informations, fondé et dirigé par Mme Yvonne Hackime Rimpel, en 1951 ».

Maintenant que l’on sait où publiait généralement les femmes du 20e siècle, on peut désormais se demander, qui étaient ces femmes écrivains ? Qu’écrivaient-elles ? Elles étaient celles que l’on va citer.

Mme Jean Brièrre et Mlle Cassagnol : elles ont publié en 1955 un guide touristique, « Haiti Blue Souvenir Guide »

Mme Etienne Bourand (Annie Desroys) : auteure de deux drames, « Et l’Amour vint » et « La Cendre sur les pas », et d’un roman, « Le joug », 1934

Mme Suzanne Comhaire-Sylvain : docteure es-lettres, ethnologue, c’est l’une des écrivaines les plus prolifiques. Parmi ses principales publications : Le Créole Haïtien : morphologie et syntaxe (1936), Les Contes Haïtiens : origines et diffusion (1937), Contes du Pays d’Haïti (1938), Le Roman de Bouki (1940), Food and Leisure among the African Youth (1950)

Mlle Germaine Dennery : en plus de sa collaboration avec plusieurs journaux et revues de la place, elle a publié « Chants du souvenir » (1939)

Mlle Edith Dartiguenave : auteure de « Héroïsme d’une haïtienne » (1955)

Mme Fortunat Guery : inspectrice des écoles, représentante d’Haïti à la Commission du Statut de la Femme de l’ONU et à la Commission Interaméricaine de Femmes, elle a publié un volume d’essai, « Témoignage »

Mme Simone W. Hipolyte : assistante sociale et journaliste, elle a publié un ouvrage de vulgarisation scientifique, « Travail Social : Panorama et Details »

Mlle Germaine Joubert : elle a publié un roman, « Paquito », 1954

Mlle Lélia Lhérisson : institutrice, inspectrice honoraire au Ministère de l’Éducation Nationale, auteure de : Premières notions de lecture (1929), Notions de lecture : cours préparatoires (1935), Manuel de littérature haïtienne et textes expliqués de la littérature des Amériques (1945), La Déssalinienne, Hymne national haïtien : historique (1947), Leçon de choses (1949), Premières notions de nombres (1951), Poésies et Chants : cours préparatoires (1952), Les Héros de l’Indépendance dans l’Histoire d’Haïti (1953)

Mme Emmeline Carriès-Lemaire : fondatrice de l’hebdomadaire El Alba, elle a publié « Hispaniola : étude historique et géographique en français et en espagnol », et quatre recueils de poésies : Mon Âme vous parle (1944), Chants pour toi (1941), Poèmes à Bolivar (1948), Cœurs de Héros, Cœurs d’amants (1950)

Mme Constantin Mayard : co-fondatrice de la revue Voix des Femmes, elle a publié : Chants pour les écoles (1930), Cuisines des Pays Chauds (1940), et de nombreux articles…

Mme Rose Lhérisson Michel : directrice de l’École Normale d’Institutrices, fondatrice et directrice du journal pédagogiques L’École, auteure de plusieurs ouvrages académiques : Histoire et Géographie d’Haïti, cours préparatoires (1949), Histoire et Géographie d’Haïti, cours élémentaires (1950), Instruction Civique et Morale (1954), Grammaire (1952)

Mlle Hélène Morpeau : instructrice et rédactrice du quotidien catholique La Phalange, auteure de « Rôle de la Jeune Fille dans la Famille » (1947), « Pages de Marie et d’Hélène » (1954)

Mlle Marguerite Micius : auteure de « Au-delà de l’Éther »

Mme Herzulie Magloire-Prophète : inspectrice de l’Enseignement Ménager, auteure de « Cuisine sélectionnée » (1955)

Mme Jeanne Perez : avocate, rédactrice en chef de La Voix des Femmes (1935-37), avant d’aller fonder sa propre revue littéraire et sociale, La Semeuse (1936-1948), auteure de : Taïna et mes Amis, miettes de souvenirs (1938), Sanite Bélair : Drame historique en trois tableaux (1942), La Femme, ce qu’elle est, son action à travers les âges, son avenir, conférences prononcées sous les auspices du Comité haïtien de l’Alliance Française (1948), La Mansarde (1949)

Mme Odette Roy-Fombrun : institutrice, auteur de plusieurs manuels scolaires dont Instruction Civique (1954)

Mme Ida Salomon : femme de lettre, auteure du recueil de poèmes « Cœurs des iles » (1924), Prix Normand de la Société des Gens de lettres

Mme Colbert St-Cyr : institutrice, auteure des recueils de poèmes « Gerbes de Feurs » (1949)

Mlle Jeanne G. Sylvain : assistante sociale et ethnologue, rédactrice de La Voix des Femmes et de l’Instituteur Rural, auteure de plusieurs manuels scolaires. Son étude, « L’Enfance Paysanne à Marbial » est publiée dans le livre « Haïti, Poètes Noirs » (Présences Africaines, 1950)

Mlle Yvonne G. Sylvain : docteure en médecine, spécialiste en gynécologie et obstétrique, auteure de nombreux articles et communications scientifiques dans des revues médicales, directrice de la Revue de l’Association Médicale Haïtienne pendant longtemps, dont elle était aussi la secrétaire.

Mme Virgile Valcin : rédactrice à la Voix des Femmes, auteure de « Fleurs et Pleurs » (1924), recueil de poèmes ; Cruelle Destinée (1929) et Blanche Négresse (1934), romans.

Mme Marie Vieux-Chauvet : rédactrice de plusieurs revues, auteure du roman « Fille d’Haïti » (1935), Prix de l’Alliance Française, de « Amour, colère et folie» , etc.

Mme Jacqueline Wiener : avocate, journaliste, inspectrice du Bureau du Travail, fondatrice et directrice de la revue l’Aube, auteure d’un recueil de poèmes (1951), probablement l’une des fondatrices de la Société d’Art Dramatique, professeure de diction au Conservatoire, l’une des meilleures actrices haïtiennes

Mme Madeleine Sylvain-Bouchereau : avocate et docteure en sociologie, pendant longtemps directrice de la Voix des Femmes et l’Instructeur Rural, auteure de « L’Éducation des Femmes en Haïti » (1944), « La Classe Moyenne en Haïti », chapitre publie dans « Materiales para el estudio de la Clase Media en la America Latina V » ( 1954).

 

Cf. Dr. Madeleine Sylvain Bouchereau, Haïti et ses Femmes : une étude d’Évolution culturelle, 1957

Instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress

Erreur. Aucun flux trouvé.

Veuillez aller sur la page de réglages d‘Instagram Feed pour connecter votre compte.