En ce début de l’an 2022, l’Europe et ses tentacules s’entredéchirent. La Russie et l’Ukraine sont en train de régler leurs comptes à coups de missiles. Les semis de la civilisation européenne, presque immaculée par le temps, est en train ressurgir de l’ombre. Certes, cette situation est sur le point de toucher le monde de toute part. Alors dans l’opinion, tout le monde s’y mêle. Néanmoins, face à ce conflit, nous kémites, les privilégiés en mélanine, l’histoire ne nous a-t-elle pas déjà dicté la position à prendre ?

Avant de prendre position pour l’un ou l’autre des protagonistes et leurs alliés, demandons-nous d’abord si eux-mêmes, ils sont de notre côté. Difficile à imaginer, vu la place qui – nous les noirs de ce monde, nous a toujours été réservée. Une place qu’Hitler nous a définie dans son « Mein Kampf » :

« À mesure que les sujets commencèrent à s’élever et, comme il est vraisemblable, se rapprochèrent du conquérant au point de vue linguistique, la cloison qui séparait maître et valet disparut. L’Aryen renonça à la pureté de son sang et perdit ainsi le droit de vivre dans le paradis qu’il avait créé. Il s’avilit par le mélange des races. Tandis que
nos peuples d’Europe sont rongés d’une lèpre morale et physique, le pieux missionnaire s’en va dans l’Afrique Centrale et fonde des missions pour les nègres, jusqu’à ce que notre « civilisation supérieure » ait fait de ces hommes sains, bien que primitifs et arriérés, une engeance de mulâtres fainéants…

De temps en temps, les journaux illustrés mettent sous les yeux de nos bons bourgeois allemands le portrait d’un nègre, qui, en tel ou tel endroit, est devenu avocat, professeur, ou pasteur, ou même ténor. Pendant que nos bourgeois imbéciles admirent les effets miraculeux de ce dressage et sont pénétrés de respect pour les résultats qu’obtient la pédagogie moderne, le Juif rusé y dé- couvre un nouvel argument à l’appui de la théorie qu’il veut enfoncer dans l’esprit des peuples et qui proclame l’égalité des hommes.

Cette bourgeoisie en décadence n’a pas le plus léger soupçon du péché qu’on commet ainsi contre la raison, car c’est une folie criminelle que de dresser un être, qui est par son origine un « démi-singe », jusqu’à ce qu’on le prenne pour « un avocat, alors que des millions de représentants de la race la plus civilisée doivent végéter dans des situations indignes d’eux. On pèche contre la volonté du Créateur quand on laisse les hommes les mieux doués étouffer par centaines de milliers dans les marais du prolétariat actuel, tandis qu’on dresse des Hottentots et des Cafres à exercer des professions libérales. Car il ne s’agit là que d’un dressage, comme pour un caniche, et non d’une « culture » scientifique…

La France est et reste l’ennemi que nous avons le plus à craindre. Ce peuple, qui tombe de plus en plus au niveau des nègres, met sourdement en danger, par l’appui qu’il prête aux juifs pour atteindre leur but de domination universelle, l’existence de la race blanche en Europe. L’envahissement de la France par les nègres progresse si rapide que l’on peut vraiment parler de la naissance d’un État africain sur le sol de l’Europe. Un État qui, à une époque de contamination des races, veille jalousement à la conservation des meilleurs éléments de la sienne, doit devenir un jour « le maître de la terre ».

Ce livre, « Mein Kampf » (Mon Combat en français), Adolf Hitler, fondateur du nazisme, l’a écrit en 1925, avant de devenir chef d’état d’Allemagne en 1933. Allemagne…ce pays – à l’initiative de son chef de gouvernement, Otto von Bismarck, – qui a été organisé en 1884 le Conférence de Berlin où l’on allait décider de la division et du partage de notre chère mère Afrique.

Rappelons-nous, 14 puissantes nations de l’époque ont participé : Allemagne, Autriche-Hongrie, Belgique, Danemark, Empire ottoman (Turquie), Espagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Russie et Suède-Norvège (unis à l’époque).

Aujourd’hui, la Russie, participant important de cette conférence, est en conflit avec l’Ukraine que le reportage du journaliste d’investigation Paul Moreira (Ukraine : les masques de la révolution) accuse de bastion du néonazisme soutenu en sous-main par les États-Unis. D’ailleurs, dans la séance plénière de l’Assemblée générale de l’ONU du 16 décembre dernier concernant « l’élimination du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance qui y est associée», l’Ukraine et les États-Unis sont les deux nations qui ont systématiquement voté contre.

Alors, ne sait-on donc pas quelle position adoptée quand l’Europe se règle ses comptes ?

Instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress

Erreur. Aucun flux trouvé.

Veuillez aller sur la page de réglages d‘Instagram Feed pour connecter votre compte.